Le matériel de capture et d'étude

Le piègeage est une méthode d'échantillonnage indispensable pour de très nombreux groupes entomologiques. Sans celui-ci il serait très difficile, voir impossible, de noter la présence de tel ou tel insecte. Le piègeage permet également de réaliser des études statistiques, via un échantillonnnage quantitatif ou semi-quantitatif.


Le piège à coprophages

Quoi de plus simple que d'étudier les bousiers : des belles prairies avec des vaches ou des moutons! Mais en milieux forestiers, l'affaire n'est pas si facile que cela. Il y a bien entendu les crottins laissés par les chevaux sur les chemins, mais très peu de bousiers y viendront. Et trouver des excréments d'animaux sauvages en forêt n'est pas toujours facile. Le piégeage est alors un très bon procédé. De plus, il n'engendre aucune mortalité directe (avec la technique que je décris ci-dessous).

Le procédé est simple, on dispose une cuvette au raz du sol que l'on rempli de sable au 2/3. Dessus on dispose des excréments frais (les crottes de lapin sont bien appropriées). On essaye de couvrir la cuvette d'un chapeau pour éviter l'inondation de la cuvette par temps de pluie (mais attention à la discrétion du dispositif !).

Le piège est visité au bout d'une semaine. Les coprophages se trouveront juste sous le tas de crottes ou enfouis dans le sable. Il ne reste donc plus qu'à tamiser.

Le piège à nécrophages

Il reprend exactement le même principe que le piège à coprophage. On dispose un cadavre sur le sable dans la cuvette et l'on visite le piège régulièrement durant toute la phase de consommation du cadavre. On peut y mettre un poisson, un petit mammifère, etc.

< sommaire de la rubrique < page précédente 1 2 3 4 5 6 7 page suivante >
Ce site est conforme aux spécificités du World Wild Web Consortium (W3C) :

Valid CSS! Valid HTML 4.01 Transitional