Le matériel de capture et d'étude

Le piègeage est une méthode d'échantillonnage indispensable pour de très nombreux groupes entomologiques. Sans celui-ci il serait très difficile, voir impossible, de noter la présence de tel ou tel insecte. Le piègeage permet également de réaliser des études statistiques, via un échantillonnnage quantitatif ou semi-quantitatif.


Les pièges à phéromones



Différents substances chimiques sont utilisées par les insectes pour la communication chimique. Ces substances sont dites sémiochimiques. On distingue deux groupes : les substances allélochimiques et les phéromones. Les phéromones se subdivisent en deux groupes :

  • Les phéromones incitatrices : elles modifient immédiatement le comportement de l'individu qui reçoit ce signal chimique. Dans ce groupe, on rencontre 5 type d'hormones : sexuelles (qui attire le partenaire), d'agrégation (rassemblement d'individus sur un site), de piste (guide les individus pour suivre un parcours), d'alarme (déclenche une réaction agressive), d'espacement ou épidéictique (pour éviter une surpopulation).
  • Les phéromones modificatrices : elles induisent une modification plus profonde dans le comportement et la physiologie de l'individu qui reçoit le message chimique. Ainsi la reine Abeille émet par ces glandes mandibulaires des phéromones modificatrices qui inhibent le développement sexuel des ouvrières qui ne peuvent pas se reproduire.

La constitution de ces phéromones est très complexe et fait intervenir de nombreuses molécules chimiques, dans des proportions bien définies.

Les phéromones peuvent attirer de très loin, sur plusieurs kilomètres. Ainsi Lymantria dispar (papillon de nuit) peut détecter et rejoindre un partenaire sexuel distant de 4,5km !

< sommaire de la rubrique < page précédente 1 2 3 4 5 6 7 page suivante >
Ce site est conforme aux spécificités du World Wild Web Consortium (W3C) :

Valid CSS! Valid HTML 4.01 Transitional